Archives, Culture

Journal de bord d'un confinement

La France traverse une crise qui marquera l’Histoire. Depuis le 17 mars 2020, la population est confinée et s’adapte à ce nouveau quotidien.  Les services du Grand-Orly Seine Bièvre proposent de vous faire vivre autrement ce temps particulier : continuer de créer, tisser des liens malgré le confinement et laisser une trace de cette période très spéciale que nous sommes en train de vivre.

Publié le

Ces projets sont ouverts à la participation de tous les résidents du Grand-Orly Seine Bièvre (tous âges), et à ceux qui travaillent sur le territoire. 

Que vous soyez confinés ou mobilisés, vous pouvez transmettre vos témoignages et contribuer à écrire l’histoire, en conservant la mémoire de ces journées singulières. 
Qu’il s’agisse des productions réalisées dans le cadre des ateliers créatifs ou d’autres matériaux (récits, dessins, poèmes, journal de confinement, billets d’humeur ou d’humour, BD, photographies, vidéos, objets), intégrez le fonds d’archives dédié au confinement que constitue le Service des archives de l’Etablissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre et des villes mutualisées d’Ablon-sur-Seine, Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge et Paray-Vieille-Poste (+ d’infos archives@grandorlyseinebievre.fr ou 01 69 57 80 96).  

 

Pour faire don de votre production : adressez un mail à ept.journaldebord@grandorlyseinebievre.fr accompagné de la lettre de don. La transmission des documents papier ou des objets pourra s’effectuer à la levée du confinement, pour un don ou un prêt pour numérisation.  

(Les maximums autorisés sont pour les documents / images : max 5 Mo ; les vidéos : max 100 Mo)   

Télécharger

L’Ecole d’Art Camille Lambert, le Réseau linguistique et le réseau des médiathèques  proposent de participer au projet créatif Journal de bord d’un confinement. 

Le principe : à la façon d’un ABCdaire, nous vous proposons une lettre de l’alphabet liée à un mot.  À vous de représenter ce mot sous forme d’arts-plastiques et/ou d’un texte :

La proposition d’arts plastiques :  

Le mot serait associé à une image extraite de l'histoire de l'art qui pourra être une première piste de recherche ou pas... Libre à vous de restituer votre propre vision de ce mot en créant une image au format d'une carte postale avec la technique de votre choix (dessin, peinture, photographie, volume, collage, image de synthèse...). 

 

Exemple d'atelier à faire avec les enfants : Journal de bord de mon doudou !

 

La proposition littéraire :  

Le mot sera associé à une citation, en plus de l’image. À vous d’écrire 10 à 15 lignes sur ce que cela vous inspire, provoque comme émotions ou déclenche dans votre imaginaire. Vous donnez un titre à votre texte et signez avec votre prénom. Si vous avez besoin de conseils ou de précisions pour mener à bien cette expérience d’écriture, vous pouvez contactez Véronique Deseine responsable de l’atelier d’écriture  (veronique.deseine@grandorlyseinebievre.fr ou 06 14 92 05 08). 

 

 

Consultez les lettres de l'abécédaire :

Une simple image, si elle est nouvelle, ouvre un monde. Vue des mille fenêtres de l'imaginaire, le monde est changeant.

Extrait de La poétique de l'espace - Gaston Bachelard

Il lui avait aussi dit qu'il y a plus d'étoiles dans le ciel que de grains de sable dans le Sahara. Elle l'avait aimé pour cela. Pour toutes ces choses qu'il lui avait apprises, à elle, la petite fille de l'atelier de couture condamnée à ne jamais rien savoir si elle ne l'avait rencontré.

Extrait de Les oubliés du dimanche, Valérie Perrin

Être entouré de livres me réconforte, cet endroit est la caverne d'Ali Baba pour qui aime lire. On se croirait dans un grenier magique, à l'intérieur d'un arbre dont les feuilles seraient des livres. J'ai trouvé mon église, j'y dissous une partie de mes angoisses. Ici, je peux vénérer peinard les dieux que je choisis : Jack Kerouac, Roald Dahl, Richard Brautigan ou Walt Whitman.

Extrait de Journal d’un vampire en pyjama - Mathias Malzieu

Vous vous croyez en 1900, hein ? Eh bien, non ! Vous êtes en 1970 ! Paf ! Et le pôle Nord ? Ça vous dit rien, le pôle Nord ? Le pôle Nord ! Vous êtes resté enfermé pendant soixante-cinq ans dans un bloc de glace et on vient d'vous retrouver intact il y a deux mois ! [...] La ferme ! Vous n'avez pas vingt-cinq ans, vous avez quatre-vingt-dix ans ! Nonante ! Et vous êtes le grand-père de vot'mère, c'est-à-dire de ma femme, et elle s'appelle pas Clémentine, elle s'appelle Edmée ! Edmée ! Elle s'appelle Edmée ! Edmée ! Edmée ! Edmée ! Edmée !

Extrait du film Hibernatus d’Edouard Molinaro

Et si ce virus avait beaucoup d'autres pouvoirs
Que celui de s'attaquer à notre respiration
S'il essayait aussi de nous rendre la mémoire
Sur les valeurs oubliées derrière nos ambitions.

Extrait de Effets secondaires - Grand corps malade

Rapproche toi. (Elle ne se rapproche pas.) C'est vrai : hors de prison, on vit à distance respectueuse. Que d'espace perdu ! C'est drôle d'être libre, ça donne le vertige. Il faudra que je reprenne l'habitude de parler aux gens sans les toucher.

Extrait de Les mains sales - Jean-Paul Sartre

Elle est comme ces gens en exil, qui rêvent de leur pays d’origine et ne le reconnaissent plus quand ils peuvent enfin y retourner : rien n’est comme dans leur souvenir.

Extrait de Vernon Subutex - Virginie Despentes

Les maisons ont une odeur. Elle appartient à ceux qui y vivent, elle est toujours différente, unique. Quand les occupants changent, leur odeur s'évapore pour céder la place à une autre qui se forme avec le temps, intégrant d'autres parfums, chimiques ou naturels - assouplissant et café, manuels scolaires et plantes d'intérieur, nettoyant ménager et soupe au chou – et devient celle de cette famille, des personnes qui la composent, qui la portent sur elles, sans même la sentir.

Extrait de Le tribunal des âmes - Donato Carrisi

Approche-toi petit, écoute-moi gamin,
Je vais te raconter l'histoire de l'être humain
Au début y avait rien au début c'était bien
La nature avançait y avait pas de chemin
Puis l'homme a débarqué avec ses gros souliers
Des coups d'pieds dans la gueule pour se faire respecter
Des routes à  sens unique il s'est mis à tracer

Les flèches dans la plaine se sont multipliées
Et tous les éléments se sont vus maîtrisés
En 2 temps 3 mouvements l'histoire était pliée
C'est pas demain la veille qu'on fera marche arrière
On a même commencé à  polluer le désert

Il faut que tu respires, et ça c'est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c'est pas rien de le dire

 

Extrait de Respire – Mickey 3D

Le chat grand noir et gros prenait le soleil sur le balcon en ronronnant et en pensant comme c'était bon d'être là à recevoir les rayons du soleil, le ventre en l'air, les quatre pattes repliées et la queue étirée.

Extrait de Histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler - Luis Sepulveda

La contagion est donc une invitation à réfléchir. La quarantaine en offre l’occasion. Réfléchir à quoi ? Au fait que nous n’appartenons pas seulement à la communauté humaine. Nous sommes l’espèce la plus envahissante d’un fragile et superbe écosystème.

Extrait de Contagion – Paolo Giordano

Gusteau : La grande cuisine n’est pas faite pour les timorés. Il faut avoir de l’imagination, de l’audace. Il faut prendre le risque de commettre des erreurs et personne n’a le droit de vous imposer des limites, quelles que soient vos origines, d’où que vous veniez. Votre seule limite, c’est votre âme. C’est la vérité, tout le monde peut cuisiner, mais le véritable génie, n’appartient qu’aux audacieux.

Rémy : C’est de la pure poésie…

Extrait du film  Ratatouille – Walt Disney

Les immeubles de pierre avaient la couleur du ciel, les gaz d'échappement tissaient une atmosphère de grisaille. Dans ces moments-là, Paris semblait construit en une seule matière : l'ennui.

Extrait de Miserere – Jean-Christophe Grangé

Cookie : Anciennement petit gâteau sucré, qu’on acceptait avec plaisir. Aujourd’hui : petit fichier informatique drôlement salé, qu’il faut refuser avec véhémence.

Extrait de Dictionnaire impertinent des branchés – Luc Fayard

Tu ne comprends donc pas que tout ce que vous mettez sur Internet y est pour l'éternité et que la notion de vie privée n'existe pas pour ces gens-là ? Ils s'en tapent de votre vie privée. Et même pis : ils ont bien l'intention de faire du fric avec.  

Extrait de Une putain d'histoire de Bernard Minier 

Pour éliminer leur cholestérol, les Américains font du jogging, c'est à dire qu'ils courent pendant des heures jusqu'à s'écrouler raides morts d'un infarctus. 

Extrait de Comment voyager avec un saumon – Umberto Eco 

- Tu fais quoi pour Noël ? - Je prends deux kilos. 

Extrait de Ensemble, c'est tout  - Anna Gavalda 

C'est à mon tour de pratiquer ce dur métier, ce métier impossible, cent soixante- huit heures de travail par semaine, pas de week-end, pas de vacances, pas d'autre salaire que la critique rétrospective : parent.

Extrait de Un parfum d’herbe coupée – Nicolas Delesalle

Découvrez les productions des participants !

 

Les créations littéraires 

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Armindo et Vanessa

Bianca

Diouldé

Echat

Eliane

Hukun

Idehen

Nadia

Quintino

Sadia

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Tatiana

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Antoine

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Diouldé

Drifa

La Fée néante

Nadia

Noémie

Quintino

Sadia

Soco

Tatiana

 

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Alla

Diouldé

Eliane

Fatima

Gaëlle

Quintino

Siham

Tatiana 1

Tatiana 2

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Anne-Marie

Elodie

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Anne-Marie

Elodie

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Elodie

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Elodie

Cliquez sur les noms pour découvrir les textes !

Véronique

Certains de ces textes ont été écrits par les membres du Réseau linguistique, qui est un service du Grand-Orly Seine Bièvre destiné aux résidents adultes des villes de l'Essonne (Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge, Morangis, Paray-Vieille-Poste, Savigny-sur-Orge et Viry-Chatillon) qui désirent développer leurs compétences en français, notamment pour parler, lire ou écrire...
Les actes du quotidien peuvent être difficiles pour ceux qui ne maîtrisent pas ces compétences. C'est pourquoi, le Réseau linguistique leur propose des ateliers de la langue française afin de les accompagner dans leur apprentissage et ainsi les aider à vivre mieux sur le territoire. 

Pendant cette période où il était impossible de se réunir, les apprentissages n'ont pas cessé. Les usagers ont été contactés par téléphone ou par mail et chacun a été suivi en fonction de sa disponibilité et de son envie. Les échanges ont permis de garder le contact, de les informer et de leur expliquer les règles sanitaires imposées par les autorités et de leur communiquer les coordonnées des services d'aide disponibles... Les usagers ont donc eu le plaisir de se voir proposer de transmettre leurs idées dans le Journal du confinement sur le thème de l'abécédaire, chacun à sa manière en échangeant au téléphone ou en rédigeant son propre texte où seules les fautes graves orthographiques ont été corrigées. Ce sont leurs mots, ce sont leurs expressions, ce sont leurs émotions que vous pouvez découvrir dans les textes de nos usagers. 

Bonne lecture.

Le Réseau linguistique